Délibérée N° 19 - Crimes internationaux : une justice verrouillée ?
EAN13
9782348079214
ISBN
978-2-348-07921-4
Éditeur
La Découverte
Date de publication
Collection
REVUE DELIBEREE (RMV 000019)
Nombre de pages
96
Dimensions
24,2 x 18,7 x 1 cm
Poids
226 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Délibérée N° 19 - Crimes internationaux : une justice verrouillée ?

De

La Découverte

Revue Deliberee

Indisponible

Ce livre est en stock chez 2 confrères du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
" J'ose à peine poser cette question latente mais incontournable : combien de mains avaient fabriqué les presse-papiers à partir de têtes, les abat-jours et les reliures de livres en peau humaine tannée ? ". Parce qu'un crime dit " contre l'humanité " suppose l'appui d'une organisation, d'une structure, d'un régime politique et en est même souvent l'émanation, l'interrogation d'Imre Kertész dans Le Refus vient donner forme à l'immensurable, lorsqu'il s'agit de rechercher des coupables.En matière de justice pénale internationale, une interrogation à la fois philosophique et juridique – amenée de façon pour le moins épineuse par la défense lors du procès de Klaus Barbie – irrigue les débats sur la légitimité des juridictions nationales comme internationales, les applications du principe de compétence universelle et tant d'autres questions : " comment peut-on se présenter comme mandataire de l'humanité sans la majorité des hommes qui la constituent ? ". Si l'argument avait alors pour objectif premier de questionner la qualification pénale du " crime contre l'humanité ", il semble en vérité d'une portée bien plus vaste et dire beaucoup de la situation actuelle. Qui est mandataire de l'humanité violée ailleurs et/ou naguère ? La réponse se trouve notamment prise dans le maillage complexe des relations internationales – négociations, tensions et amitiés diplomatiques ou stratégiques – et des jeux politiques internes des gouvernements. Elle s'articule également, ainsi que l'expose Mireille Delmas-Marty, sur les tensions à l'œuvre entre une approche politique empreinte de souverainisme et une vision juridique qui aspire à l'universalisme. Mais comment s'accommoder de telles tergiversations face au constat – toujours actuel – selon lequel les crimes les plus grands sont les moins souvent punis ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Revue Délibérée